PARLODEL 2,5

PARLODEL 2,5

30 units of Parlodel 2,5mg per tablet.

Rupture de stock
11,00 €
Aucune taxe

 

PARLODEL 2,5mg Comprimés

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE
Substance active : Ergotaman-3', 6', 18-trione, 2-bromo-12'-hydroxy-2'-(1-méthyléthyl-5'-(2-méthylpropyl)-, (5'alpha)-mono- méthanesulfonate.

Mésilate de bromocriptine 2,87 mg, équivalent à 2,5 mg de bromocriptine base.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Comprimé : Chaque comprimé est rond, blanc, plat, avec un bord biseauté, sécable en angle et codé « 2,5 MG » sur la face supérieure.

4. DONNÉES CLINIQUES

4.1 Indications thérapeutiques

Inhibition de la lactation pour des raisons médicales

L'inhibition ou la suppression de la lactation puerpérale lorsqu'elle est médicalement indiquée, comme après une perte intra-partum ou un décès néonatal.

PARLODEL n'est pas recommandé pour la suppression systématique de la lactation ou pour le soulagement des symptômes de douleur post-partum et d'engorgement qui peuvent être traités de manière adéquate avec de simples analgésiques et un soutien mammaire.

Hyperprolactinémie

Le traitement de l'hyperprolactinémie chez les hommes et les femmes souffrant d'hypogonadisme et/ou de galactorrhée.

Troubles du cycle menstruel et infertilité féminine

Aménorrhée et oligoménorrhée, avec ou sans galactorrhée.

Troubles hyperprolactinémiques d'origine médicamenteuse.

Syndrome des ovaires polykystiques.

Certaines femmes infertiles présentant une oligoménorrhée ou une aménorrhée et une galactorrhée peuvent être indûment sensibles à la prolactine. PARLODEL a été utilisé avec succès dans le traitement d'un certain nombre de femmes infertiles atteintes de galactorrhée qui ne présentent pas d'hyperprolactinémie démontrable.

Prolactinomes

Pour réduire la taille de la tumeur, en particulier chez les personnes à risque de compression du nerf optique.

Acromégalie

PARLODEL a été utilisé dans plusieurs unités spécialisées, en complément de la chirurgie et/ou de la radiothérapie pour réduire l'hormone de croissance circulante dans la prise en charge des patients acromégales.

La maladie de Parkinson

Dans le traitement de la maladie de Parkinson idiopathique, PARLODEL a été utilisé à la fois seul et en association avec la lévodopa dans la prise en charge des patients non traités antérieurement et des personnes handicapées par des phénomènes « on-off ». PARLODEL a été utilisé avec un bénéfice occasionnel chez les patients qui ne répondent pas ou ne tolèrent pas la lévodopa et chez ceux dont la réponse à la lévodopa est en déclin.

Symptômes prémenstruels et maladie bénigne du sein (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d'emploi).

4.2 Posologie et mode d'administration
PARLODEL doit toujours être pris avec de la nourriture.

Un certain nombre de conditions disparates se prêtent au traitement par PARLODEL et pour cette raison, les schémas posologiques recommandés sont variables.

Dans la plupart des indications, quelle que soit la dose finale, la réponse optimale avec le minimum d'effets secondaires est mieux obtenue par l'introduction progressive de PARLODEL. Le schéma suivant est suggéré : Initialement, 1 mg à 1,25 mg au coucher, augmentant après 2 à 3 jours à 2 mg à 2,5 mg au coucher. La posologie peut ensuite être augmentée de 1 mg à des intervalles de 2 à 3 jours, jusqu'à ce qu'une posologie de 2,5 mg deux fois par jour soit atteinte. D'autres augmentations de dosage, si nécessaire, doivent être ajoutées de la même manière.


Prévention de la lactation

2,5 mg le jour de l'accouchement, suivi de 2,5 mg deux fois par jour pendant 14 jours. Le traitement doit être instauré dans les heures qui suivent la parturition une fois les signes vitaux stabilisés. L'introduction progressive de PARLODEL n'est pas nécessaire dans cette indication.

Suppression de la lactation pour des raisons médicales

2,5 mg le premier jour, augmentant après 2 à 3 jours à 2,5 mg deux fois par jour pendant 14 jours. L'introduction progressive de PARLODEL n'est pas nécessaire dans cette indication.

Hypogonadisme/syndromes de galactorrhée/infertilité

Introduire PARLODEL progressivement selon le schéma proposé.

La plupart des patients atteints d'hyperprolactinémie ont répondu à 7,5 mg par jour, en doses fractionnées, mais des doses allant jusqu'à 30 mg par jour ont été utilisées. Chez les patients infertiles sans taux de prolactine sérique manifestement élevés, la dose habituelle est de 2,5 mg deux fois par jour.

Prolactinomes

Introduire PARLODEL progressivement selon le schéma proposé. La posologie peut ensuite être augmentée de 2,5 mg par jour à intervalles de 2 à 3 jours, comme suit : - 2,5 mg toutes les huit heures, 2,5 mg toutes les six heures, 5 mg toutes les six heures. Les doses quotidiennes ne doivent pas dépasser 30 mg. Acromégalie

Acromégalie

Introduire PARLODEL progressivement, selon le schéma proposé.

La posologie peut ensuite être augmentée de 2,5 mg à intervalles de 2 à 3 jours comme suit : - 2,5 mg toutes les huit heures, 2,5 mg toutes les six heures, 5 mg toutes les six heures.

La maladie de Parkinson

Introduire PARLODEL progressivement, comme suit : Semaine 1 : 1 mg à 1,25 mg au coucher. Semaine 2 : 2 mg à 2,5 mg au coucher. Semaine 3 : 2,5 mg deux fois par jour. Semaine 4 : 2,5 mg trois fois par jour. Prendre ensuite trois fois par jour en augmentant de 2,5 mg tous les 3 à 14 jours, selon la réponse du patient. Continuez jusqu'à ce que la dose optimale soit atteinte. Ce sera généralement entre 10 mg et 30 mg par jour. Les doses quotidiennes ne doivent pas dépasser 30 mg. Chez les patients recevant déjà de la lévodopa, la posologie de ce médicament peut être progressivement diminuée, tandis que la posologie de PARLODEL est augmentée jusqu'à ce que l'équilibre optimal soit déterminé.

Utilisation chez les enfants et les adolescents (âgés de 7 à 17 ans)

La prescription de PARLODEL chez les enfants et les adolescents (âgés de 7 à 17 ans) doit être réservée aux endocrinologues pédiatres.

Prolactinomes : Population pédiatrique de 7 ans et plus : 1 mg 2 ou 3 fois par jour, en augmentant progressivement jusqu'à plusieurs comprimés par jour selon les besoins pour maintenir la prolactine plasmatique adéquatement supprimée. La dose quotidienne maximale recommandée chez les enfants âgés de 7 à 12 ans est de 5 mg. La dose quotidienne maximale recommandée chez les patients adolescents (13-17 ans) est de 20 mg.

Gigantisme (acromégalie) : Population pédiatrique de 7 ans et plus : La dose initiale doit être ajustée en fonction des taux d'hormone de croissance. La dose quotidienne maximale recommandée chez les enfants âgés de 7 à 12 ans est de 10 mg. La dose quotidienne maximale recommandée chez les patients adolescents (13-17 ans) est de 20 mg.

Utilisation chez les personnes âgées

Il n'existe aucune preuve clinique que PARLODEL présente un risque particulier pour les personnes âgées.

Utilisation chez les patients atteints d'insuffisance hépatique

Chez les patients présentant une fonction hépatique altérée, la vitesse d'élimination peut être ralentie et les concentrations plasmatiques peuvent augmenter, nécessitant un ajustement de la dose.

4.3 Contre-indications
Hypersensibilité à la bromocriptine ou à l'un des excipients de PARLODEL (voir rubrique 2 Composition qualitative et quantitative et 6.1 Liste des excipients) ou à d'autres alcaloïdes de l'ergot de seigle.

Hypertension artérielle non contrôlée, troubles hypertensifs de la grossesse (y compris éclampsie, pré-éclampsie ou hypertension induite par la grossesse), hypertension post-partum et puerpérale.

PARLODEL est contre-indiqué pour une utilisation dans la suppression de la lactation ou d'autres indications non mortelles chez les patients ayant des antécédents de maladie coronarienne, ou d'autres affections cardiovasculaires graves, ou des symptômes/antécédents de troubles psychiatriques graves.

Les patients atteints de ces affections sous-jacentes prenant PARLODEL dans l'indication des macro-adénomes ne doivent le prendre que si les bénéfices perçus l'emportent sur les risques potentiels (voir rubrique 4.4 Mises en garde et précautions particulières).

Pour un traitement à long terme : signes de valvulopathie cardiaque tels que déterminés par l'échocardiographie avant le traitement.

4.4 Mises en garde spéciales et précautions d'emploi
PARLODEL est contre-indiqué pour une utilisation dans la suppression de la lactation ou d'autres indications non mortelles chez les patients présentant une maladie coronarienne sévère, ou des symptômes et/ou des antécédents de troubles mentaux graves (voir rubrique 4.3 Contre-indications).

Autre

Il n'y a pas suffisamment de preuves de l'efficacité de Parlodel dans le traitement des symptômes prémenstruels et des maladies bénignes du sein. L'utilisation de Parlodel chez les patients atteints de ces affections n'est donc pas recommandée.

Dans de rares cas, des événements indésirables graves, notamment hypertension, infarctus du myocarde, convulsions, accident vasculaire cérébral ou troubles psychiatriques, ont été rapportés chez des femmes en post-partum traitées par PARLODEL pour l'inhibition de la lactation. Chez certains patients, le développement de convulsions ou d'accidents vasculaires cérébraux a été précédé de céphalées sévères et/ou de troubles visuels transitoires (voir rubrique 4.8, Effets indésirables).

Les patients atteints de troubles cardiovasculaires sévères ou de troubles psychiatriques prenant PARLODEL dans l'indication des macro-adénomes ne doivent le prendre que si les bénéfices perçus l'emportent sur les risques potentiels (voir rubrique 4.3 Contre-indications).

La pression artérielle doit être étroitement surveillée, en particulier pendant les premiers jours de traitement. Une prudence particulière est requise chez les patients qui reçoivent un traitement concomitant ou qui ont récemment été traités avec des médicaments susceptibles de modifier la tension artérielle. L'utilisation concomitante de bromocriptine avec des vasoconstricteurs tels que des sympathomimétiques ou des alcaloïdes de l'ergot de seigle dont l'ergométrine ou la méthylergométrine pendant la puerpéralité n'est pas recommandée.

En cas d'hypertension, de maux de tête incessants ou de tout signe de toxicité du système nerveux central, le traitement doit être interrompu immédiatement.

L'hyperprolactinémie peut être idiopathique, d'origine médicamenteuse ou due à une maladie hypothalamique ou hypophysaire. La possibilité que les patients hyperprolactinémiques puissent avoir une tumeur hypophysaire doit être reconnue et une investigation complète dans des unités spécialisées pour identifier ces patients est recommandée. PARLODEL réduira efficacement les taux de prolactine chez les patients atteints de tumeurs hypophysaires, mais n'évite pas la nécessité d'une radiothérapie ou d'une intervention chirurgicale, le cas échéant, dans l'acromégalie.

Étant donné que les patients atteints de macro-adénomes de l'hypophyse peuvent présenter un hypopituitarisme dû à la compression ou à la destruction du tissu hypophysaire, il convient de procéder à une évaluation complète des fonctions hypophysaires et d'instaurer un traitement de substitution approprié avant l'administration de PARLODEL. Chez les patients présentant une insuffisance surrénalienne secondaire, la substitution par des corticoïdes est indispensable.

L'évolution de la taille de la tumeur chez les patients atteints de macro-adénomes hypophysaires doit être soigneusement surveillée et si des signes d'expansion tumorale se développent, des interventions chirurgicales doivent être envisagées.

Si chez les patients atteints d'adénome, une grossesse survient après l'administration de PARLODEL, une surveillance attentive est obligatoire. Les adénomes sécrétant de la prolactine peuvent se développer pendant la grossesse. Chez ces patients, le traitement par PARLODEL entraîne souvent un rétrécissement tumoral et une amélioration rapide des défauts des champs visuels. Dans les cas graves, la compression des nerfs optiques ou d'autres nerfs crâniens peut nécessiter une chirurgie hypophysaire d'urgence.

La déficience du champ visuel est une complication connue du macroprolactinome. Un traitement efficace avec PARLODEL conduit à une réduction de l'hyperprolactinémie et souvent à la résolution de la déficience visuelle. Chez certains patients, cependant, une détérioration secondaire des champs visuels peut se développer par la suite malgré des taux de prolactine normalisés et un rétrécissement tumoral, ce qui peut résulter d'une traction sur le chiasma optique qui est tiré vers le bas dans la selle maintenant partiellement vide. Dans ces cas, le défaut du champ visuel peut s'améliorer lors de la réduction de la dose de bromocriptine alors qu'il y a une certaine élévation de la prolactine et une certaine réexpansion de la tumeur. La surveillance des champs visuels chez les patients atteints de macroprolactinome est donc recommandée pour une détection précoce de la perte de champ secondaire due à une hernie chiasmale et une adaptation de la posologie du médicament.

Chez certains patients atteints d'adénomes sécrétant de la prolactine traités par Parlodel, une rhinorrhée du liquide céphalo-rachidien a été observée. Les données disponibles suggèrent que cela pourrait résulter d'un rétrécissement des tumeurs invasives.

La bromocriptine a été associée à de la somnolence et à des épisodes d'endormissement soudain, en particulier chez les patients atteints de la maladie de Parkinson. L'endormissement soudain au cours des activités quotidiennes, dans certains cas sans prise de conscience ou signes avant-coureurs, a été très rarement signalé. Les patients doivent en être informés et doivent faire preuve de prudence lorsqu'ils conduisent ou utilisent des machines pendant le traitement par la bromocriptine. Les patients qui ont présenté une somnolence et/ou un épisode d'endormissement soudain doivent s'abstenir de conduire ou d'utiliser des machines (voir rubrique 4.7 Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines). De plus, une réduction de la posologie ou l'arrêt du traitement peuvent être envisagés.

Lorsque des femmes en âge de procréer sont traitées par PARLODEL pour des affections non associées à une hyperprolactinémie, la dose efficace la plus faible doit être utilisée. Ceci afin d'éviter la suppression de la prolactine à des niveaux inférieurs à la normale, avec une altération conséquente de la fonction lutéale.

Une évaluation gynécologique, comprenant de préférence une cytologie cervicale et endométriale, est recommandée pour les femmes recevant PARLODEL pendant de longues périodes. Une évaluation semestrielle est suggérée pour les femmes post-ménopausées et une évaluation annuelle pour les femmes ayant des menstruations régulières.

Quelques cas d'hémorragie gastro-intestinale et d'ulcère gastrique ont été rapportés. Si cela se produit, PARLODEL doit être retiré. Les patients ayant des antécédents d'ulcère peptique doivent être étroitement surveillés lors de la réception du traitement.

Etant donné que des réactions hypotensives peuvent survenir occasionnellement et entraîner une diminution de la vigilance, en particulier au cours des premiers jours de traitement, une prudence particulière s'impose lors de la conduite d'un véhicule ou de l'utilisation de machines.

Parmi les patients sous Parlodel, en particulier sous traitement à long terme et à forte dose, des épanchements pleuraux et péricardiques, ainsi qu'une fibrose pleurale et pulmonaire et une péricardite constrictive ont parfois été rapportés. Les patients présentant des troubles pleuro-pulmonaires inexpliqués doivent être examinés minutieusement et l'arrêt du traitement par Parlodel doit être envisagé.

Chez quelques patients sous Parlodel, en particulier sous traitement à long terme et à forte dose, une fibrose rétropéritonéale a été rapportée. Afin d'assurer la reconnaissance de la fibrose rétropéritonéale à un stade précoce et réversible, il est recommandé de surveiller ses manifestations (par exemple dorsalgie, œdème des membres inférieurs, altération de la fonction rénale) dans cette catégorie de patients. Le médicament Parlodel doit être arrêté si des modifications fibrotiques du rétropéritoine sont diagnostiquées ou suspectées.

Une attention particulière doit être portée aux signes et symptômes de maladie pleuro-pulmonaire tels que dyspnée, essoufflement, toux persistante ou douleur thoracique insuffisance cardiaque car les cas de fibrose péricardique se sont souvent manifestés par une insuffisance cardiaque. Une péricardite constrictive doit être exclue si de tels symptômes apparaissent.

Des investigations appropriées telles que la vitesse de sédimentation des érythrocytes, la radiographie pulmonaire et les mesures de la créatinine sérique doivent être effectuées si nécessaire pour étayer le diagnostic d'un trouble fibrotique. Il convient également d'effectuer des examens de base de la vitesse de sédimentation des érythrocytes ou d'autres marqueurs inflammatoires, de la fonction pulmonaire/radiographie pulmonaire et de la fonction rénale avant le début du traitement.

Ces troubles peuvent avoir un début insidieux et les patients doivent être surveillés régulièrement et attentivement pendant la prise de PARLODEL pour des manifestations de troubles fibrotiques progressifs. PARLODEL doit être arrêté si des modifications inflammatoires fibrotiques ou séreuses sont diagnostiquées ou suspectées.

Les patients présentant des problèmes héréditaires rares d'intolérance au galactose, un déficit en lactase de Lapp ou une malabsorption du glucose et du galactose ne doivent pas prendre ce médicament.

Des cas de jeu pathologique, d'augmentation de la libido et d'hypersexualité ont été rapportés chez des patients traités par des agonistes dopaminergiques pour la maladie de Parkinson, dont PARLODEL.

Enfants et adolescents (de 7 à 17 ans)

La bromocriptine a été utilisée pour traiter les prolactinomes et les indications de gigantisme (acromégalie) chez les patients âgés de 7 ans ou plus et des séries de cas ont été documentées dans la littérature. Seules des données isolées sont disponibles pour l'utilisation de la bromocriptine chez les patients pédiatriques de moins de 7 ans. Les données sur la sécurité sont limitées, en particulier à long terme. La prescription est réservée aux endocrinologues pédiatriques.

Âgé

Les études cliniques sur PARLODEL n'ont pas inclus un nombre suffisant de sujets âgés de 65 ans et plus pour déterminer si les personnes âgées réagissent différemment des sujets plus jeunes. Cependant, d'autres expériences cliniques rapportées, y compris la notification post-commercialisation d'événements indésirables, n'ont identifié aucune différence de réponse ou de tolérance entre les patients âgés et les patients plus jeunes.

Même si aucune variation de l'efficacité ou du profil des effets indésirables chez les patients âgés prenant Parlodel n'a été observée, une plus grande sensibilité chez certaines personnes âgées ne peut être catégoriquement exclue. En général, la sélection de la dose pour un patient âgé doit être prudente, en commençant par l'extrémité inférieure de la plage de doses, reflétant la fréquence plus élevée de diminution de la fonction hépatique, rénale ou cardiaque et de maladie concomitante ou d'un autre traitement médicamenteux dans cette population.

4.5 Interactions avec d'autres médicaments et autres formes d'interactions
La tolérance à PARLODEL peut être réduite par l'alcool.

La prudence s'impose chez les patients qui reçoivent un traitement concomitant ou qui ont récemment été traités avec des médicaments susceptibles de modifier la tension artérielle.

Bien qu'il n'existe aucune preuve concluante d'une interaction entre PARLODEL et d'autres alcaloïdes de l'ergot de seigle, l'utilisation concomitante de bromocriptine avec ces médicaments pendant la puerpéralité n'est pas recommandée (voir également rubrique 4.4, Mises en garde spéciales et précautions).

L'utilisation concomitante d'érythromycine et d'autres antibiotiques macrolides peut augmenter les taux plasmatiques de bromocriptine.

La bromocriptine est à la fois un substrat et un inhibiteur du CYP3A4 (voir rubrique 5.2 Propriétés pharmacocinétiques). Il convient donc d'être prudent lors de la co-administration de médicaments qui sont de puissants inhibiteurs et/ou substrats de cette enzyme (antimycosiques azolés, inhibiteurs de la protéase du VIH). Le traitement concomitant de patients acromégales par la bromocriptine et l'octréotide a entraîné une augmentation des taux plasmatiques de bromocriptine.

Les antagonistes de la dopamine tels que les antipsychotiques (phénothiazines, butyrophénones et thioxanthènes) peuvent réduire les effets hypoprolactinémiants et antiparkinsoniens de la bromocriptine. Le métoclopramide et la dompéridone peuvent réduire l'effet hypoprolactine.

4.6 Grossesse et allaitement
Grossesse

En cas de grossesse, il est généralement conseillé d'arrêter PARLODEL après la première menstruation manquée.

Une expansion rapide des tumeurs hypophysaires se produit parfois pendant la grossesse et cela peut également se produire chez les patientes qui ont pu concevoir grâce au traitement par PARLODEL.

Par mesure de précaution, les patients doivent être surveillés afin de détecter des signes d'hypertrophie hypophysaire afin que PARLODEL puisse être réintroduit si nécessaire. Sur la base de l'issue de plus de 2 000 grossesses, l'utilisation de PARLODEL pour restaurer la fertilité n'a pas été associée à un risque accru d'avortement, d'accouchement prématuré, de grossesse multiple ou de malformation chez les nourrissons. Étant donné que ces preuves accumulées suggèrent une absence d'effets tératogènes ou embryopathiques chez l'homme, le maintien du traitement par PARLODEL pendant la grossesse peut être envisagé en cas de tumeur volumineuse ou de signes d'expansion.

Lactation

Puisque PARLODEL inhibe la lactation, il ne doit pas être administré aux mères qui choisissent d'allaiter.

Femmes en âge de procréer

La fertilité peut être restaurée par un traitement avec Parlodel. Il convient donc de conseiller aux femmes en âge de procréer qui ne souhaitent pas avoir de grossesse de pratiquer une méthode de contraception fiable.

4.7 Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser des machines
Des réactions hypotensives peuvent être gênantes chez certains patients au cours des premiers jours de traitement et une attention particulière doit être portée lors de la conduite de véhicules ou de l'utilisation de machines.

Les patients traités par la bromocriptine et présentant une somnolence et/ou des épisodes de sommeil soudains doivent être avertis de ne pas conduire ou de ne pas se livrer à des activités où la vigilance altérée peut exposer eux-mêmes ou d'autres à un risque de blessure grave ou de mort (par exemple, utiliser des machines) jusqu'à ce que de tels épisodes récurrents et la somnolence ont disparu (voir également rubrique 4.4 Mises en garde et précautions spéciales).

4.8 Effets indésirables
La survenue d'effets secondaires peut être minimisée par une introduction progressive de la dose ou une réduction de la dose suivie d'une titration plus progressive. Si nécessaire, les nausées et/ou vomissements initiaux peuvent être réduits par la prise de PARLODEL au cours d'un repas et par la prise d'un antagoniste dopaminergique périphérique, tel que la dompéridone, pendant quelques jours, au moins une heure avant l'administration de PARLODEL.

Les effets indésirables sont classés par ordre de fréquence, le plus fréquent en premier, selon la convention suivante : très fréquent (1/10) ; commun (1/100 à (1/10 000 à

Troubles du système nerveux

Fréquent : Maux de tête, somnolence

Peu fréquent : étourdissements, dyskinésie

Rare : Somnolence, paresthésie

Très rare : somnolence diurne excessive et endormissement soudain

Troubles psychiatriques

Peu fréquent : confusion, agitation psychomotrice, hallucinations

Rare : Troubles psychotiques, insomnie


Problèmes gastro-intestinaux

Fréquent : Nausées, constipation

Peu fréquent : vomissements, bouche sèche

Rare : diarrhée, douleurs abdominales, fibrose rétropéritonéale, ulcère gastro-intestinal, hémorragie gastro-intestinale

Troubles vasculaires

Peu fréquent : hypotension, y compris hypotension orthostatique (pouvant, dans de très rares cas, entraîner un collapsus)

Très rare : Pâleur réversible des doigts et des orteils induite par le froid (en particulier chez les patients ayant des antécédents de phénomène de Raynaud)

Troubles cardiaques

Rare : Tachycardie, bradycardie, arythmie

Très rare : Valvulopathie cardiaque (y compris régurgitation) et troubles apparentés (péricardite et épanchement péricardique).

Troubles respiratoires, thoraciques et médiastinaux

Fréquent : Congestion nasale

Rare : épanchement pleural, fibrose pleurale et pulmonaire, pleurésie, dyspnée

Troubles musculo-squelettiques et du tissu conjonctif

Peu fréquent : crampes aux jambes

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Peu fréquent : Réactions cutanées allergiques, chute de cheveux

Troubles généraux et anomalies au site d'administration

Peu fréquent : Fatigue

Rare : œdème périphérique

Très rarement : Un syndrome ressemblant au syndrome malin des neuroleptiques a été rapporté à l'arrêt de PARLODEL.

Troubles oculaires

Rare : Troubles visuels, vision floue

Troubles de l'oreille et du labyrinthe

Rare : Acouphènes

Femmes en post-partum

Dans des cas extrêmement rares (chez les femmes en post-partum traitées par PARLODEL pour la prévention de l'allaitement), des événements indésirables graves incluant hypertension, infarctus du myocarde, convulsions, accident vasculaire cérébral ou troubles mentaux ont été rapportés, bien que la relation causale soit incertaine. Chez certains patients, la survenue de convulsions ou d'accidents vasculaires cérébraux a été précédée de céphalées sévères et/ou de troubles visuels transitoires (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales et précautions d'emploi).

Effets de classe

Des patients traités par des agonistes dopaminergiques dans le cadre du traitement de la maladie de Parkinson, dont PARLODEL, en particulier à fortes doses, ont été rapportés comme présentant des signes de jeu pathologique, d'augmentation de la libido et d'hypersexualité, généralement réversibles à la réduction de la dose ou à l'arrêt du traitement.

4.9 Surdosage
Signes et symptômes

Un surdosage avec PARLODEL est susceptible d'entraîner des vomissements et d'autres symptômes qui pourraient être dus à une stimulation excessive des récepteurs dopaminergiques et pourraient inclure des nausées, des étourdissements, une hypotension, une hypotension orthostatique, une tachycardie, une somnolence, une léthargie, une confusion et des hallucinations. Des mesures générales de soutien doivent être prises pour éliminer tout matériau non absorbé et maintenir la tension artérielle si nécessaire.

Des cas isolés d'enfants ayant accidentellement ingéré PARLODEL ont été signalés. Les vomissements, la somnolence et la fièvre ont été signalés comme événements indésirables. Les patients ont récupéré soit spontanément en quelques heures, soit après un traitement symptomatique.

Gestion des surdosages

En cas de surdosage, l'administration de charbon activé est recommandée et en cas de prise orale très récente, un lavage gastrique peut être envisagé.

La prise en charge de l'intoxication aiguë est symptomatique ; Le métoclopramide peut être indiqué pour le traitement des vomissements ou des hallucinations.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES

5.1 Propriétés pharmacodynamiques
Classe pharmacothérapeutique : Agoniste dopaminergique (code ATC N04B C01), inhibiteur de la prolactine (code ATC G02C B01)

PARLODEL, principe actif bromocriptine, est un inhibiteur de la sécrétion de prolactine et un stimulateur des récepteurs de la dopamine. Les domaines d'application de PARLODEL se répartissent en indications endocrinologiques et neurologiques. Les particularités pharmacologiques seront discutées sous chaque indication.


Indications endocrinologiques

PARLODEL inhibe la sécrétion de la prolactine, l'hormone hypophysaire antérieure, sans affecter les taux normaux des autres hormones hypophysaires. Cependant, PARLODEL est capable de réduire les taux élevés d'hormone de croissance (GH) chez les patients atteints d'acromégalie. Ces effets sont dus à la stimulation des récepteurs de la dopamine.

Dans la période puerpérale, la prolactine est nécessaire à l'initiation et au maintien de la lactation puerpérale. A d'autres moments, l'augmentation de la sécrétion de prolactine provoque une lactation pathologique (galactorrhée) et/ou des troubles de l'ovulation et des menstruations.

En tant qu'inhibiteur spécifique de la sécrétion de prolactine, PARLODEL peut être utilisé pour prévenir ou supprimer la lactation physiologique ainsi que pour traiter les états pathologiques induits par la prolactine. En cas d'aménorrhée et/ou d'anovulation (avec ou sans galactorrhée), PARLODEL peut être utilisé pour rétablir les cycles menstruels et l'ovulation.

Les mesures habituelles prises pendant la suppression de la lactation, telles que la restriction de l'apport hydrique, ne sont pas nécessaires avec PARLODEL. De plus, PARLODEL n'altère pas l'involution puerpérale de l'utérus et n'augmente pas le risque thromboembolique.

Il a été démontré que PARLODEL arrête la croissance ou réduit la taille des adénomes hypophysaires sécrétant de la prolactine (prolactinomes).

Chez les patients acromégales - en plus d'abaisser les taux plasmatiques d'hormone de croissance et de prolactine - PARLODEL a un effet bénéfique sur les symptômes cliniques et sur la tolérance au glucose.

PARLODEL améliore les symptômes cliniques du syndrome des ovaires polykystiques en rétablissant un schéma normal de sécrétion de LH.

Indications neurologiques

Du fait de son activité dopaminergique, PARLODEL, à des doses habituellement supérieures à celles des indications endocrinologiques, est efficace dans le traitement de la maladie de Parkinson qui se caractérise par un déficit spécifique en dopamine nigrostriée. La stimulation des récepteurs dopaminergiques par PARLODEL peut dans cette condition rétablir l'équilibre neurochimique au sein du striatum.

Cliniquement, PARLODEL améliore les tremblements, la rigidité, la bradykinésie et les autres symptômes parkinsoniens à tous les stades de la maladie. Habituellement, l'effet thérapeutique dure des années (jusqu'à présent, de bons résultats ont été rapportés chez des patients traités jusqu'à huit ans). PARLODEL peut être administré seul ou - à des stades précoces comme à des stades avancés - en association avec d'autres antiparkinsoniens. L'association avec le traitement par la lévodopa entraîne des effets anti-parkinsoniens renforcés, permettant souvent une réduction de la dose de lévodopa. PARLODEL offre un bénéfice particulier aux patients sous traitement par lévodopa présentant une réponse thérapeutique détériorée ou des complications telles que des mouvements involontaires anormaux (dykinésie choréoatoïde et/ou dystonie douloureuse), un échec de fin de dose et un phénomène « on-off ».

PARLODEL améliore la symptomatologie dépressive souvent observée chez les patients parkinsoniens. Cela est dû à ses propriétés antidépressives inhérentes, confirmées par des études contrôlées chez des patients non parkinsoniens souffrant de dépression endogène ou psychogène.

5.2 Propriétés pharmacocinétiques
Après administration orale, PARLODEL (bromocriptine) est rapidement et bien absorbé. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes en 1 à 3 heures. Une dose orale de 5 mg de bromocriptine entraîne une Cmax de 0,465 ng/ml. L'effet hypoprolactinique se produit 1 à 2 heures après l'ingestion, atteint son maximum en 5 heures environ et dure 8 à 12 heures.

La substance est largement métabolisée dans le foie. L'élimination de la molécule mère du plasma se produit de manière biphasique, avec une demi-vie terminale d'environ 15 heures. La molécule mère et ses métabolites sont presque entièrement excrétés par le foie, seuls 6 % étant éliminés par les reins. La liaison aux protéines plasmatiques s'élève à 96 %.

Il n'existe aucune preuve que les propriétés pharmacocinétiques et la tolérance de PARLODEL soient directement affectées par l'âge avancé. Cependant, chez les patients présentant une fonction hépatique altérée, la vitesse d'élimination peut être ralentie et les taux plasmatiques peuvent augmenter, nécessitant un ajustement posologique.


Biotransformation

La bromocriptine subit une importante biotransformation de premier passage dans le foie, reflétée par des profils complexes de métabolites et par l'absence presque complète de la molécule mère dans l'urine et les fèces. Il montre une forte affinité pour le CYP3A et les hydroxylations au niveau du cycle proline du groupement cyclopeptidique constituent une voie métabolique principale. On peut donc s'attendre à ce que les inhibiteurs et/ou les substrats puissants du CYP3A4 inhibent la clairance de la bromocriptine et conduisent à des taux accrus. La bromocriptine est également un puissant inhibiteur du CYP3A4 avec une valeur IC50 calculée de 1,69 µM. Cependant, compte tenu des faibles concentrations thérapeutiques de bromocriptine libre chez les patients, il ne faut pas s'attendre à une altération significative du métabolisme d'un second médicament dont la clairance est médiée par le CYP3A4.

5.3 Données de sécurité précliniques
Les données précliniques de PARLODEL (bromocriptine) issues d'études conventionnelles de toxicité en administration unique et répétée, de génotoxicité, de mutagénicité, de potentiel carcinogène ou de toxicité pour la reproduction, n'ont pas révélé de risque particulier pour l'homme.

Des carcinomes de l'endomètre ont été observés dans des études précliniques chez le rat à des doses élevées uniquement. On considère qu'ils sont dus à la sensibilité spécifique à l'espèce des animaux testés à l'activité pharmacologique de la bromocriptine.

D'autres effets dans les études précliniques n'ont été observés qu'à des expositions considérées comme suffisamment supérieures à l'exposition humaine maximale, indiquant peu de pertinence pour l'utilisation clinique.

6. DONNÉES PHARMACEUTIQUES

6.1 Liste des excipients
Silice colloïdale anhydre

Edétate disodique

Stéarate de magnésium

Acide maléique

Amidon de maïs

Lactose monohydraté

6.2 Incompatibilités
Rien.

6.3 Durée de conservation
 
Plaquette thermoformée blanche opaque en PVC/PVDC :
24mois
 
Bouteilles en verre ambré :
36 mois

6.4 Précautions particulières de conservation
Conserver en dessous de 25°C. Conserver dans l'emballage d'origine à l'abri de la lumière.

6.5 Nature et contenu du récipient
Plaquette thermoformée blanche opaque en PVC/PVDC contenant 30 comprimés de PARLODEL 2,5 mg.

Flacons en verre ambré avec un bouchon inviolable contenant 100 et 500 comprimés de PARLODEL 2,5 mg.

6.6 Précautions particulières d'élimination et autres manipulations
Pas d'exigences particulières.

PARLODEL

Ce site utilise des cookies pour analyser et améliorer les services.
En naviguant sur ce site, vous acceptez son utilisation.